LES PROJETS DU CREAT


LES PLANS D’EAU DE LA VILLE DE ROUYN-NORANDA : DES HABITATS PROPICES À LA FAUNE AVIAIRE

Plusieurs habitats fauniques d’intérêt pour la faune aviaire sont présents sur les plans d’eau du territoire de la ville de Rouyn-Noranda. En effet, on y retrouve plusieurs îles ainsi que des baies peu profondes et des marais où plusieurs espèces aquatiques sont présentes. Ces habitats sont utilisés par plusieurs espèces d’oiseaux désignées prioritaires dans le cadre de l’Initiative de conservation des oiseaux d’Amérique du Nord. Notons la présence du Grèbe jougris, de la Guifette noire, de la Sterne pierregarin, du Butor d’Amérique, de la Marouette de Caroline et du Plongeon huard. Le Pygargue à tête blanche y niche et le territoire est aussi utilisé par le Faucon pèlerin, deux espèces à statut précaire. De plus, on y retrouve les plus fortes densités de canard noir et de colvert au Québec et le paysage est favorable à plusieurs espèces de sauvagine : Fuligule à collier, Sarcelle à ailes bleues, Sarcelle d’hiver, Canard d’Amérique, Canard branchu, Garrot à œil d’or, Foulque d’Amérique, Grand harle et Harle couronné.



TABLE DES MATIÈRES :

Les plans d’eau de la ville de Rouyn-Noranda : des habitats propices à la faune aviaire

Le projet : de la protection à la sensibilisation

La protection des habitats fauniques d’intérêt pour la faune aviaire
La sensibilisation de la population de Rouyn-Noranda


Le suivi du projet et son évaluation

Nos partenaires et leur site Internet

Les liens bibliographiques

Avec 42 000 habitants, le territoire de la ville de Rouyn-Noranda héberge la plus forte proportion de la population de la région. Les plans d’eau de la ville sont utilisés pour plusieurs activités (pêche, baignade, piste cyclable, etc.) et sont, pour la plupart, habités, ce qui exerce beaucoup de pression sur l’habitat (urbanisation des zones de villégiature riveraines, développement anthropique, navigation de plaisance affectant les berges, etc.). Il en résulte donc une dégradation et une perte des milieux humides, habitats de prédilection pour la faune aviaire.

À l’été 2010, Xstrata Cuivre fonderie Horne et la Société du loisir ornithologique de l’Abitibi (SLOA) ont uni leurs forces afin de réaliser un projet permettant d’améliorer les connaissances sur la nidification du Grèbe jougris dans la région de Rouyn-Noranda et d’inventorier d’autres espèces aviaires dont certaines sont aussi en situation particulière.

Le présent projet fait suite aux recommandations émises par la SLOA dans son rapport. Ainsi, le choix des sites s’est porté vers les lacs les plus achalandés qui présentaient des espèces particulières, c’est-à-dire, les lacs Osisko, Noranda, Édouard et le marais Sergius du lac Dufault. Le Grèbe jougris est désigné comme l’emblème de ce projet puisqu’il affectionne trois des lacs cités. En 2010, son aire de nidification au Québec se limitait à la ville de Rouyn-Noranda. Cette spécificité est tout indiquée pour amener à une prise de conscience et à une responsabilisation collective.

Les contributions de 30 200 $ de la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement et de 15 000 $ de Xstrata Cuivre fonderie Horne, ainsi que les précieuses contributions en prêts et services de la Ville de Rouyn-Noranda et de la SLOA, permettent au CREAT de coordonner le projet durant 3 années. Ces contributions assurent ainsi la mise en place de mesures visant la protection des habitats de la faune aviaire et la sensibilisation de la population à ce sujet.



LE PROJET : DE LA PROTECTION À LA SENSIBILISATION

Du début mai à la fin juin, il est conseillé de :
  • tenir son chien en laisse, afin qu’il ne joue pas dans l’eau au risque de faire fuir l’adulte qui couve sur son nid. En cas de fuite de l’adulte, les œufs, laissés sans surveillance, peuvent être la proie des prédateurs et refroidir, entrainant la mort des oisillons,
  • se tenir éloigné des nids en respectant une bonne distance (une dizaine de mètres par rapport aux poteaux réflecteurs),
  • ralentir son embarcation à moteur à l’entrée du marais Sergius du Lac Dufault, un des rares sites de nidification connu pour la Guifette noire en région.

Le but du projet est de contribuer à la pérennisation des habitats en conciliant la sauvegarde de la faune aviaire avec les activités humaines. Ainsi, durant la période de nidification du Grèbe jougris, les partenaires du projet invitent tous les usagers à adopter certains gestes de bonne conduite.

De manière spécifique, le projet s’articule autour de deux volets principaux :

La protection des habitats fauniques d’intérêt pour la faune aviaire présente sur les plans d’eau urbains de la ville de Rouyn-Noranda

Deux sites sont particulièrement sujets au dérangement humain alors qu’ils constituent des habitats pour des espèces d’intérêt.

Le premier site concerne les rives du lac Noranda dont la partie occidentale représente un habitat potentiel pour la nidification du Grèbe jougris. Ce lac étant très utilisé pour la pêche à gué, la baignade et la randonnée pédestre et cycliste, les rives sont très sujettes au piétinement. Le dérangement humain peut compromettre la préservation de l’habitat. Afin de sensibiliser et d’initier un changement dans les habitudes des utilisateurs, deux panneaux de signalisation sont installés. Délimitant l’habitat potentiel du Grèbe jougris, ces panneaux indiquent les gestes de bonne conduite à adopter durant la nidification allant du mois de mai à la fin juillet.

Le second site est le marais Sergius du lac Dufault où on rencontre une colonie de Guifettes noires. La Guifette noire est une espèce très sensible aux variations du niveau de l’eau, et des pancartes sont installées sur deux bouées riveraines à l’entrée du marais Sergius. Ces pancartes invitent les utilisateurs à diminuer la vitesse de leur embarcation à moteur afin de limiter le dérangement occasionné par des vagues sur une espèce sensible.

Dans le cas où il est difficile de restreindre suffisamment l’accès aux berges propices à la nidification, quatre plateformes de nidification flottantes sont mises en place durant la période de nidification du Grèbe jougris sur les lacs Osisko et Noranda. Ces installations ont pour objectif de compenser la perte d’habitats, causée par la dégradation des berges, et d’éloigner les oiseaux du dérangement humain.

Enfin, des poteaux réflecteurs sont fixés aux plateformes de nidification et d’autres installés sur les berges, à proximité des nids identifiés. Ces derniers indiquent une limite à ne pas franchir, afin de ne pas nuire à la nidification de l’adulte sur son nid. En gardant une bonne distance par rapport aux poteaux, nous participons à la protection du Grèbe jougris.

La Ville de Rouyn-Noranda s’est engagée à installer les différents livrables, puisqu’elle peut offrir le matériel adéquat et la main-d’œuvre qualifiée grâce à l’implication de trois de ses services (aménagement du territoire, travaux publics et animation en loisir et espaces verts).


La sensibilisation de la population de Rouyn-Noranda à la problématique du dérangement humain et la perte d’habitats fauniques

Conçus en accord avec les partenaires du projet, quatre panneaux d’interprétation sont installés aux endroits les plus achalandés et où il est possible d’observer le Grèbe jougris. Les endroits indiqués pour l’installation des panneaux sont : la piste cyclable du lac Osisko entre les portions sud et centre du lac, à l’arrière de l’hôpital et aux lacs Édouard et Noranda.

Dans ce même esprit, un dépliant de sensibilisation est distribué à la population de Rouyn-Noranda (utilisateurs des lacs et sentiers visés, associations chasse et pêche et propriétaires riverains) par l’intermédiaire de lieux de distribution ciblés (magasins de sport et d’activités de plein air, lieux touristiques, organisations, commerces, etc.). Il portera sur le comportement à adopter pour préserver les habitats d’intérêt des espèces identifiées.

Le dépliant sera également utilisé comme support de communication lors des rencontres d’éducation et de sensibilisation des riverains ainsi qu’à l’occasion d’événements rassemblant la population par la tenue de kiosques d’information (Fête de la pêche, Journée de l’arbre, Salon chasse et pêche, Festival plein air, distribution d’arbres, etc.).

Cet été, des activités d’animation étaient offertes aux enfants des camps de jour de la Ville de Rouyn-Noranda et de ses quartiers.

La participation d’entreprises régionales est fondamentale pour la réalisation du projet. Ainsi, la graphiste Ruth Pelletier est en charge des différents outils de communication, dont les quatre panneaux d’interprétation, les deux panneaux de signalisation, les dépliants et le parapost.



LE SUIVI DU PROJET ET SON ÉVALUATION

Les infrastructures du projet ne demandent pas vraiment d’entretien mis à part l’entreposage des plateformes de nidification et des bouées riveraines durant la saison hivernale. En ce sens, la Ville de Rouyn-Noranda s’engage à les entreposer et à les installer pour les sept prochaines années. Les activités de suivi se feront à plusieurs niveaux afin d’évaluer l’impact du projet sur la protection de l’habitat. Elles porteront sur la caractérisation des berges et le pourcentage d’habitats préservés, la biodiversité des espèces aviaires sur les différents plans d’eau et le succès des plateformes de nidification.

Caractérisation des berges

La Ville de Rouyn-Noranda, par son Programme de protection des lacs, travaille à améliorer la qualité des berges des lacs de villégiatures du territoire, notamment, en outillant et en sensibilisant les propriétaires riverains aux bonnes pratiques en aménagement riverain. Le suivi portera notamment sur la quantité et la qualité des habitats protégés grâce aux aménagements réalisés au parc Trémoy par la ville et par le projet. Un état des lieux a été réalisé au cours de l’été 2011. Un second état des lieux est prévu en 2015 pour quantifier les améliorations post-aménagement.

Inventaire des espèces aviaires sur les différents plans d’eau

Le suivi consistera à faire des observations et des inventaires. Ces activités seront réalisées de manière périodique tous les deux ans. Elles permettront de noter à quel point les installations et autres mesures du projet ont contribué à la protection et à la mise en valeur des habitats pour la faune aviaire.

Succès des plateformes de nidification

Les plateformes de nidification sont installées pour compenser la perte d’habitats et éloigner les oiseaux du dérangement humain. Un suivi du succès de ces plateformes sera réalisé tous les ans afin de déterminer si elles sont utilisées. Le suivi consistera à noter si la plateforme est occupée par un couple et s’il y a nidification.



NOS PARTENAIRES

Le CREAT tient à remercier l’ensemble des partenaires du projet pour leur précieuse collaboration:



LES LIENS BIBLIOGRAPHIQUES


Dossier de presse :